Poser une porte blindée : que faut-il savoir ?

En 2018, le nombre de cambriolages s’est élevé à plus de 230.000 partout en France, et dans 80% des cas de figure, c’est la porte d’entrée qui est visée en premier. Se questionner sur la pose d’une porte blindée devient alors sensé, à condition de bien se renseigner et de ne pas faire n’importe quoi. Poser une porte blindée : que faut-il savoir ?

Pourquoi choisir une porte blindée ?

Contrairement aux modèles « standards » qui ornent la plupart des habitations à l’heure actuelle, une porte blindée offre bien entendu une protection plus efficace. Le bloc est plus imposant, plus lourd, et les mécanismes de serrure sont plus aboutis, demandant à un éventuel assaillant un matériel adapté pour procéder à un méfait.

Car selon le type de porte et surtout de sa certification, cette dernière résistera plus ou moins longtemps. Lorsque l’on considère qu’un cambrioleur abandonne en moyenne au bout de cinq minutes sans succès, les portes blindées deviennent forcément des alliés incontournables.

Ce n’est pas tout, puisqu’en plus de fournir une certaine tranquillité d’esprit, les portes blindées ont d’autres atouts, notamment sur le plan de l’isolation (thermique ou phonique). En effet, cela peut être un avantage de procéder à une installation d’un tel équipement afin de réduire l’effet de passoire énergétique d’un logement, dans la mesure où le reste de l’habitation ne connaît pas de déperditions intempestives.

Alors faut-il craquer ? Pourquoi attendre et ne pas profiter de cette sécurité supplémentaire tout de suite ? Ces questions sont légitimes. Cependant, il faut néanmoins se documenter et se renseigner afin d’éviter de faire les mauvais choix.

Se documenter est salutaire !

Comme cité ci-dessus, il convient de savoir où l’on met les pieds lorsque l’on projette de s’équiper avec une porte blindée. S’il est en effet possible d’effectuer une installation soi-même, il ne faut pas négliger l’importance de faire appel à un professionnel qui saura vous conseiller efficacement d’une part et réaliser une installation dans les règles de l’autre. Quel bloc choisir, avec quelle serrure et sous quelles garanties ? Toutes ces questions, et bien d’autres encore, sont à prendre en compte afin de couvrir tout le spectre des spécificités, le tout pour pour bénéficier d’une sécurité optimale.

Actuellement, il existe trois niveaux de certification de portes blindées :

  • A2P BP1
  • A2P BP2
  • A2P BP3

Ces trois critères assurent une protection de délai qui s’élève respectivement à cinq, dix et quinze minutes. Partir donc à l’aveugle lors de son achat n’aura donc ni le même degré d’efficacité, ni la même tranche de prix.

Lorsqu’un professionnel s’engage à poser une porte blindée, il engage également son savoir-faire et son expertise. Vous serez donc assuré d’avoir un accès solide, aux normes, sans défaut de pose ni de vices d’installation. De plus, il vous renseignera sur les modalités de pose. En effet, selon que vous habitiez sur une propriété privée ou en résidence, les conditions ne seront pas forcément les mêmes, et le syndicat de copropriété pourra vous imposer des règles spécifiques à suivre (taille, couleur, type, etc.).

Enfin, votre assureur logement risque de ne pas vous accorder de dédommagements lors d’un cambriolage si un expert se déplace et constate que la porte a cédée due à une mauvaise pose, qui plus est, n’a pas été faite par un professionnel du secteur.

Le choix de renforcer l’entrée de son habitation est donc légitime et efficace. Toutefois, il faut bien veiller à avoir toutes les cartes en main au moment d’opter pour un tel dispositif de protection, car une erreur d’appréciation pourra vous coûter cher en termes de sécurité et en termes financiers.

 TUTO : changer la serrure de sa boîte aux lettres !

Vous qui désirez procéder au changement de serrure de votre boîte aux lettres, prenez le temps de vous arrêter un instant. Que cela soit dû à la perte de vos clés, à l’usure naturelle du barillet ou plus simplement car vous avez envie de procéder à une mise à jour de votre boîte : vous êtes au bon endroit. Nous vous proposons une procédure fournie afin de changer rapidement et facilement le cylindre de votre boîte tout en détaillant le plus clairement possible la méthodologie.  

Identification du matériel

Avant toute chose, et même si cela va de soi, il est important d’identifier correctement l’existant afin de se projeter dans d’éventuelles démarches de remplacement. Cela implique de ne pas se tromper dans le choix du cylindre (même s’il y a clairement peu de chances) et surtout de s’outiller correctement. Afin de parer à toute éventualité, vous pouvez vous munir d’office :

  • De gants de protection ;
  • D’une pince multiprise (ou d’une clé adapté à l’écrou du cylindre ou d’une clé Allen) ;
  • D’une perceuse avec forets à métaux (dans le cas d’une destruction de l’ancien cylindre) ;
  • Du nouveau cylindre (bien entendu).

Si vous avez tout, nous allons pouvoir passer à la suite. En effet, il faut désormais identifier dans quelle type de situation vous vous trouvez.

  1. Soit vous souhaitez simplement mettre à jour votre boîte aux lettres et, de fait, vous possédez toujours les clés d’origines ;
  2. Soit vos clés sont perdues/volées/détruites et vous n’avez pas de doubles ou de Clé passe PTT.

Si vous détenez toujours les clés d’origines, vous pouvez directement passer à la section « Changer la serrure de sa boîte aux lettres » qui se trouve plus bas. Si vous êtes dans le cas où vous ne possédez plus les clés, il va falloir passer par la case « destruction » de l’ancienne serrure. C’est précisément ici que la perceuse va s’avérer fort utile. En effet, le changement d’un cylindre s’effectuant de l’intérieur de la boîte, et celle-ci étant close, il faut inévitablement briser la serrure.

Crocheter la serrure

C’est un savoir comme un autre, il se peut donc que vous sachiez comment crocheter les serrures. Le constat est le suivant : on ne peut remplacer le cylindre d’une boîte aux lettres que depuis l’intérieur de celle-ci. Si vous parvenez donc à crocheter la serrure et à ouvrir votre boîte, vous pouvez sauter à la section « Changer la serrure de sa boîte aux lettres ».

Ouvrir la boîte de force

Outre le fait de ne pas pouvoir récupérer l’ancien mécanisme, ouvrir une serrure de boîte de force n’est pas difficile en soi. Cependant, nous insistons sur le fait d’utiliser des forets à métaux avec votre perceuse afin de ne pas risquer de briser des embouts fragiles qui peuvent, en plus, rester coincés.

Une fois prêt, il suffit simplement de pointer le bout du foret  directement sur la serrure, en veillant bien à rester droit, bien perpendiculaire au cylindre. Commencez à forer doucement, sans y aller de manière brutale ou indécise. Préférez y aller calmement et sereinement, en forçant doucement et sans à-coups. De simples va-et-vient devraient normalement suffire à déloger le cylindre. Au bout de quelques secondes, il devrait être assez endommagé pour s’ouvrir de lui-même, vous laissant libre accès à l’intérieur de la boîte.

Si ce n’est pas le cas, continuez de jouer avec la perceuse sur la serrure jusqu’à obtention du résultat souhaité : l’ouverture de la porte. Cela ne devrait pas vous prendre plus d’une minute.

Changer la serrure de sa boîte aux lettres

Une fois l’intérieur de votre boîte libre, vous pouvez procéder au remplacement de la serrure. S’il est possible de démonter la porte afin de gagner en confort, il est tout à fait faisable de changer le cylindre en l’état.

Sur le cylindre, vous remarquerez un écrou : c’est ici qu’il faudra vous munir de la clé adapté ou de la pince multiprise afin de le dévisser. Une fois ceci fait, il vous faudra enlever la « fourchette » qui maintient le cylindre en place. Il y a plusieurs type de fourchette, mais généralement, il s’agit simplement d’un bout de métal (ou de plastique dur) qui sert à maintenir fermement la serrure à la porte.

La serrure devrait pouvoir être retirée à partir de là. Il vous suffit simplement de vérifier que la nouvelle pièce s’emboîte bien dans l’emplacement de l’ancienne et que, bien entendu, les clés qui vous ont étés livrées avec fonctionnent bel et bien (oui, il y a parfois des surprises). Remettez la fourchette ainsi que l’écrou : c’est fait ! Vous venez de changer la serrure de votre boîte aux lettres.

Pour plus de sécurité, il est vivement conseillé de procéder à la réalisation de plusieurs doubles de vos clés, ou mieux, d’acquérir une Clé passe PTT pour éviter tous les futurs tracas.

Réaliser un double de clé : quelle marche à suivre ?

S’il y a bien un objet qui, à l’instar du smartphone, ne quitte quasiment jamais notre personne : ce sont bien des clés ! Précieux sésames sécurisant l’accès à nos biens privés, il est courant d’avoir peur de les perdre ou, pire, de se les faire subtiliser. C’est dans ces cas que la question de réaliser un double se pose. Avant cela, il convient tout de même de réponse à d’autres interrogations : par qui et à quel prix ?

De quels types de clés parle-t-on ?

Dans l’inconscient collectif, réaliser un double de ses clés se fait rapidement et auprès d’un professionnel en serrurerie, du fabricant lui-même voire du cordonnier de quartier pour les plus puristes. Le temps passant, l’avènement d’internet est venu quelque peu bousculer les codes et offrir un marché différent aux clients. Cela étant dit, et avant toute autre chose, il est primordial d’identifier clairement le type de clé, car les coûts, les méthodes et les acteurs du secteur à sélectionner ne seront pas les mêmes.

  • Clés à panneton

Assez anciennes, elles sont souvent plus massives que les clés actuelles et disposes d’un volet taillé en bout de tige (un panneton). Sa reproduction est donc aisée et ne dépasse pas la dizaine d’euros. En contrepartie, elle offre une sécurité plutôt discutable.

  • Clés paracentriques

Le modèle le plus répandu à l’heure actuelle. La taille de ces clés est prévue pour actionner un système de goupilles et ainsi débloquer la serrure. Sa reproduction est elle aussi très simple et reste dans la même tranche de prix.

  • Clés radiales

Ou « à trous », elles offrent plus de sécurité que les deux modèles cités précédemment. Leur utilisation est un apanage commun des résidences privées. Bien qu’un peu plus difficile à reproduire, elles restent toutefois dans un budget acceptable, puisqu’il faudra compter moins d’une vingtaine d’euros pour obtenir un double.

  • Clés protégées

Clairement le type de clé offrant le plus de sécurité, mais également le plus de contraintes. En effet, elles sont souvent soumises à brevet et en obtenir un double ne se fera que sous certaines conditions juridiques. Généralement, seul le fabricant est autorisé à effectuer la reproduction pour un coût pouvant aller entre cinquante et deux cents euros.

Une histoire de sécurité !

Vous l’avez compris, les circonstances ne sont pas vraiment les mêmes selon ce que vous possédez. La grande question est essentiellement de se demander si votre clé est considérée comme protégée ou non. Si tel est le cas, chercher un bon serrurier sur le net ou vous présenter à votre professionnel habituel ne sera peut-être pas suffisant.

Chaque type de clé offre une protection plus ou moins importante. Forcément, la facilité (ou non) de créer un double devient un facteur de coût ; d’efficacité ; de qualité, et c’est dans ce sens que se positionne les clés protégées. En effet, soumettre ces versions à une législation stricte diminue fortement les chances de copies illégales, ce qu’il reste possible de faire pour les modèles dits « classiques ».

Les clés soumises à réglementation sont constamment livrées avec une preuve de propriété spécifique : il convient d’exiger ce document si le professionnel omet de vous le remettre. Sans cela, il sera difficile d’obtenir un double. L’anticipation, l’identification de votre installation et le choix du professionnel qualifié restent donc des étapes incontournables avant de se lancer dans une procédure de ce genre.